8 juin 2021
par Équipe des communications
Articles

Claude Charpentier : incarner la confiance

« On avait accès à près de 60 000 ingénieurs. On croyait avoir touché le Saint-Graal. »

C’était en 2006, Notarius venait de remporter l’appel d’offres de l’Ordre des Ingénieurs du Québec pour l’émission de signatures numériques aux membres. Claude Charpentier et l’équipe croyaient avoir ouvert un marché prêt pour une grande transformation numérique, mais ils ne se doutaient pas du désert qu’ils allaient devoir traverser.

Claude, notre PDG depuis 2009, a connu ce long périple où le virage numérique se butait à un mur d’incompréhension et de méfiance. Il a aussi dû gérer une forte décroissance après que l'organisation eut perdu, en 2014, un contrat majeur. Claude a néanmoins su, au fil du temps, avancer avec intégrité. Aujourd’hui, alors que Notarius fournit des signatures numériques aux ingénieurs d’un océan à l’autre, on peut dire que ses nombreuses années à cultiver la confiance commencent enfin à porter fruit.

Comment arrive-t-il à incarner cette confiance? Qu’est-ce qu’il entrevoit pour le futur de Notarius? Entretien avec un PDG à hauteur d’homme.

Trouver un sens aux TI dans la nature

Rapidement, lorsqu’on parle avec Claude, on comprend qu’on a devant nous un homme qui a le cœur à la bonne place. Au fil des discussions, on découvre sa passion pour la nature, les paysages et le calme de la forêt.

« Très jeune, grâce à mes parents, j’ai toujours été en contact avec la nature. »

Au creux des arbres, Claude y trouve un lieu de repos, mais aussi un lieu d’inspiration pour son rôle de président et chef de la direction.

« La nature me rappelle que les technos doivent être au service de l’humain »

Cette vision des choses est sans doute ce qui lui a permis de travailler près de 20 ans pour Notarius et de forger l’identité de ce que nous sommes comme organisation. Claude transmet cette perspective d’intégrité à tout le monde si bien qu’on essaie toujours de créer des solutions qui seront au service de plus grandes causes, comme entre autres, la protection du public.

Alors que beaucoup d’applications et de produits électroniques apparaissent par milliers chaque semaine, Claude nous aide à demeurer centrés sur ce qui compte vraiment.

« J’ai un amour pour les TI qui est lié au service du bien commun. Je suis plutôt frileux de plein de choses comme le volet addictif des réseaux sociaux. L’utilisation des technos doit se faire pour le bien des humains et non pas pour les rendre serviles. »

Améliorer notre société et la faire évoluer est le vecteur commun de tous les employés chez Notarius. Claude est au cœur de cette énergie collective. Il l’a construite pendant des années.

« Le fait de rendre service à l’environnement et à l’humanité; de savoir que des gens sont bien chez nous me donne de l’élan et de la motivation pour poursuivre la mission de Notarius. Pour moi, faire des sous, c’est une conséquence et non pas un objectif. »

Donner de l’intégrité à des territoires indomptés

À l’aube de ses vingt ans, un BAC en géographie en poche, Claude Charpentier s'est intéressé à la réseautique en s’inscrivant à un DEC en informatique. Ce qui était à l’époque une façon de se garantir un emploi est devenu une passion, une exploration d’un territoire vaste, à peine exploré, dans lequel il a trouvé une mission personnelle ; celle de bâtir la confiance numérique.

Son parcours professionnel a débuté en tant que directeur réseaux chez SOCOM qui est devenue Intellia, Informission et Nurun par la suite. Entrepreneur dans l’âme, il est devenu consultant quelques années avant d’accepter un important mandat à l’étranger.

« J’ai eu un mandat pour Quebecor World Europe pour refaire le réseau européen et interconnecter les imprimeries. (…) Pendant 2 ans, comme expatrié, ça a été toute une expérience de gestion. Mais quand mon fils est né en France, ma femme avait le mal du pays et on a décidé de revenir au bercail. »

Alors que la bulle des années 2000 avait éclaté, tout le domaine des TI était en transformation. Le marché de l’emploi n’était pas très favorable.

« C’est mon comptable qui m’a parlé de l’organisation. (…) En 2002, après avoir passé l’entrevue, je suis rentré comme Directeur des technologies. »

Dès lors, Claude découvre une organisation qui est encore à cette époque, une organisation au service de la Chambre des Notaires du Québec. Celle-ci rejoint en tout point sa volonté première de construire un monde numérique plus sûr dans le cadre de sa mission de protection du public. Son premier geste comme gestionnaire fut d’adopter un cadre normatif qui démontrerait à tout le monde la rigueur administrative et technique de la boîte.

« Quand je suis arrivé chez Notarius, on était déjà un tiers de confiance, mais j’ai voulu démontrer que les gens pouvaient avoir confiance en nous d’un point de vue organisationnel. (…) Je me suis intéressé au BS 7799 qui est devenu l’ISO 27001. On a été la première organisation au Québec à être reconnue comme telle et la quatrième au Canada. On a été des précurseurs. »

En agissant de la sorte, Claude a construit les fondations de ce qu’est aujourd’hui Notarius, une entreprise qui offre des solutions de signatures électroniques et numériques de haut calibre, mais qui possède aussi des processus très rigoureux. En Amérique du Nord qui est un peu le « Far West en matière de signatures électroniques », Notarius fait figure d’exception.

« Adopter des cadres normatifs, ça nous permet non seulement de dire qu’on est bon, mais on démontre qu’on l’est. (…) En 25 ans, Notarius n’a eu aucun incident de sécurité relatif à l’émission de signatures numériques. »

Bâtir la confiance

Rapidement dans sa carrière, Claude s’est intéressé à bien maîtriser le sujet de la sécurité de l’information. Au début des années 2000, il a été l’un des premiers CISSP à Montréal qui est aujourd’hui l’une des certifications les plus reconnues en matière de sécurité de l’information. Il détient aussi la certification CISA d’ISACA, une attestation qui permet d’assurer les meilleures pratiques en matière d’audits informatiques.

« Il y avait beaucoup de n’importe quoi en TI, au début. (…) Rapidement, on s’est intéressés au cadre de sécurité de l’information. J’avais de l’expérience là-dedans et on a bâti une équipe de sécurité solide. »

Et comme la sécurité et les normes sont des notions en constante évolution, Claude veille à ce que Notarius demeure constamment à l’affût des exigences de l’industrie.

« ISO-27001, c’est une base en évolution, on doit s’adapter et évoluer avec elle. Le deuxième élément, ce sont nos certifications spécifiques à notre métier comme WebTrust CA, AATL, eIDAS. Notre cœur, ce sont les PKI, les HSM, et nos solutions de signatures et c’est là qu’on a un accent important en matière de sécurité. »

Ses choix rigoureux font en sorte que Notarius est dorénavant une organisation des plus respectées en Amérique du Nord par les Associations professionnelles et les gouvernements. Cette réputation s’est construite sur 25 ans et Claude en est l’un des piliers.

« Il y a de grands principes de gestion qu’il faut connaître, mais au final, gérer une entreprise, c’est une expérience humaine et d’affaires. Je ne serais pas capable de gérer une entreprise qui fait des vêtements à l’étranger et qui fait des marges de profits sur les mauvaises conditions des employés. »

Diriger avec humanité et humilité

En toute modestie, Claude avoue qu’au début de sa carrière de gestionnaire, il était très centré sur la technique et les spécificités des technologies. Avec l’expérience, il a développé une toute nouvelle approche.

« Je suis devenu un gestionnaire qui s’occupe avant tout des humains et de leur bien-être. Une entreprise ne vaut rien sans les talents de ses employés. Il y a des gens bien plus ferrés que moi en certains domaines et je dois avoir l’humilité de les laisser s’épanouir. »

Conséquemment, chez Notarius, il y a une culture collaborative omniprésente où chacun peut s’exprimer pleinement et dans le respect. Les experts de tous les domaines ont l’espace nécessaire pour manifester leurs idées novatrices ou pour enrichir les nouveaux venus.

« J’aime l’idée qu’un bon leader, c’en est un qui en crée d’autres. »

En vérité, Claude est un PDG très accessible et toujours disponible, même quand son horaire est chargé. Il aime dire que « sa porte est toujours ouverte », même si techniquement, dans nos installations, son bureau n’a pas de porte!

« Je ne suis pas quelqu’un qui aime être mis de l’avant. Je préfère que le groupe soit mis en valeur. C’est l’équipe qui fait la différence. Mon rôle, c’est de m’assurer que les talents de chacun se développent pour le bien commun de l’entreprise. (…) La hiérarchie, c’est le dernier outil de gestion que j’aime employer. »

Claude et son équipe de direction conduisent Notarius comme si c’était leur propre organisation. Et ce, même si aucun d’eux n’est actionnaire de l’entreprise. En fait, pour notre PDG, la seule façon d’obtenir des résultats à long terme est « d’être le gardien de notre culture de collaboration et d’entraide ».

Comme preuve avérée de celle-ci, Notarius a obtenu en 2018 la certification Employeur Remarquable® par le Bureau de normalisation du Québec (BNQ). On peut dire que quelque part, l’humilité de Claude y a grandement contribué.

Claude-Charpentier-Article

Innover, c’est dans notre ADN

« Ce qui me tient à cœur, c’est tout le portfolio de produit, la feuille de route et la vision. J’ai beaucoup d’intérêt dans notre positionnement. »

En regardant de plus près l’offre de produits de Notarius, on constate bien l’empreinte de Claude. Lui qui a à cœur le bien commun tient à offrir des solutions de signatures électroniques et numériques pour une pluralité d’organisations et de personnes afin de protéger le mieux possible l’ensemble de l’écosystème.

« On est l’un des seuls à offrir des solutions intégrées avec des signatures offrant différents niveaux de fiabilités juridiques. (…) Peu de joueurs sur la planète offrent un aussi gros éventail de solutions. Si des clients veulent partir de chez nous, ils devront utiliser plusieurs produits pour arriver au même résultat. »

Pour arriver à innover constamment, Claude garde deux choses en tête : identifier les besoins futurs et écouter la clientèle. À titre d’exemple, il mentionne entre autres ce que Notarius a développé pour l’industrie de l’ingénierie.

« Ce n’est pas juste de dire qu’on a remporté un appel d’offres. C’est de se dire : « Comment peut-on transformer une profession et lui offrir des outils pour améliorer son efficacité? »

De fait, sous l’égide de Claude, Notarius a construit un logiciel de signature numérique avec des spécificités conçues pour faciliter le travail des ingénieurs.

« ConsignO Desktop a des fonctionnalités uniques pour le monde de l’ingénierie et qui ne sont pas disponibles ailleurs. Pour offrir le meilleur à l’industrie, mais aussi à nos autres clientèles, on va d’ailleurs effectuer une refonte en profondeur prochainement. »

Et en termes de coup de maître, on doit souligner que Claude et son équipe ont eu tout un flair quand ils ont décidé d’offrir la norme PDF/A (format d’archive) au cœur des solutions de Notarius. À l’époque, personne ne voyait venir ce format comme requis institutionnel.

« Il n’y a jamais eu aucun client qui nous a demandé de mettre la fonctionnalité de conversion au format PDF/A dans nos outils. (…) On savait que les ingénieurs produisaient des documents nécessitant une pérennité à long terme, comme pour les plans de ponts et les infrastructures. On a été des précurseurs et quand le MTQ les a rendus obligatoires en 2012, on était prêts! »

Comme autre innovation, Claude souligne le formatage gratuit en PDF/A-3 qui permet l’insertion de pièces jointes comme des fichiers 3D, un processus nécessaire pour le bâti immobilier modélisé. Il mentionne aussi la possibilité de signer dans ConsignO Cloud avec des signatures électroniques à différents niveaux de fiabilité juridique.

« Je me concentre sur l’aspect 360 de nos outils. On offre des certificats numériques avec CertifiO, un logiciel de signature numérique avec ConsignO Desktop, une plateforme de signature électronique à plusieurs niveaux avec ConsignO Cloud, des outils de vérification et des connecteurs avec nos API. »

Et pour le futur de Notarius, Claude signale qu’il y a beaucoup de choses en développement. Les prochaines années seront remplies d’innovations et de surprises.

« Les gens sont maintenant habitués à utiliser leur mobile, leur tablette, leur ordinateur. Il faut qu’on soit prêt à leur offrir des solutions de signatures fiables et sécuritaires. (…) On a innové et on va innover encore. C’est dans notre nature. »

S’aligner sur ses valeurs

Pour Claude, il n’y a pas trente-six mille façons de diriger une entreprise. Il faut d’abord être un leader humain et ça, ça passe par un « alignement avec ses valeurs ». Il admet d’ailleurs qu’avec l’expérience, il se fie de plus en plus à son instinct et son feeling.

« Beaucoup d’entreprises font l’erreur de se concentrer sur le retour sur investissement, alors que celui-ci tient à la cohésion entre les équipes et les départements. Beaucoup de crises peuvent être évitées et beaucoup d’avancement peut arriver si tout le monde est aligné sur les valeurs communes. »

En fait, si la compagnie peut maintenant bénéficier d’une enviable réputation partout au pays, c’est entre autres grâce au style de leadership que notre PDG incarne depuis près de 20 ans. Avec rigueur, intégrité et humanisme, il a transmis à Notarius la confiance nécessaire pour innover encore longtemps.

« J’ai toujours eu à cœur d’avoir une vision claire et nette de notre direction. Quand on regarde notre succès, bien que ça ait pu prendre plus de 20 ans, Notarius est maintenant un beau fleuron de la confiance numérique québécoise et canadienne. »

Partagez cette publication